Concours National AMITER -  DES RIVES / & / Dérives

Accompagner le mouvement // Habiter la Capelette

. Concours  lauréat, Grand Prix National et Etudes associées

.. 2021 - en cours

. Marseille (13)

. Equipe :  P U Y A Paysage , Horizons Paysages , ARTELIA , Etienne Balan, Madania, Sébastien Cord

. Maitrise d'ouvrage : Métropole AMP - DDTM - Ministère de la transition écologique

Sur la Capelette, la notion de risque est pour nous porteuse d’un projet de la révélation géographique du site : l’émergence de son caractère de confluence, entre Jarret et Huveaune que l’histoire urbaine a oublié, lui confère des potentiels. Ainsi, et au delà de la simple idée de projet, le risque doit incarner un futur souhaitable pour la quartier,  dessinant un équilibre entre son caractère de plaine alluviale, de plaine d’activités et de plaine habitée. 

Si les dérives représentent les détournements d’usages de l’eau, de fonctions ou d’occupations de bâtiments pour mêler vie de quartier et vie d’activités, les rives amènent aussi à penser en situations riveraines, en sites de cohabitations et d’interface entre ces divers usages. Les rives sont évidemment aussi ces espaces linéaires, à la fois marge et cœur du projet, retissant le patchwork de la Capelette par la création d’un grand parc des Canissats, accompagnant les mouvements et débordements du Jarret et de l’Huveaune.

La soudaineté du risque n’est pas à sous-estimer. Les évènements récents en Europe (Allemagne, Belgique, Autriche, Suisse, Pays-Bas, Luxembourg), mais aussi en Chine mettent en exergue les liens étroits qui peuvent exister entre aménagement du territoire et inondation. Plutôt que d’être simplement en réaction face à ces évènements à risques, le projet de la Capelette se ponctuent d’intentions projectuelles à différents temps du phénomène : le temps de l’urgence (s’abriter), le temps de la fuite (évacuer les personne), le temps de la décrue (infiltrer les eaux).

PLAN T2 210729-2.jpg
Mise en page Axono CTD A2 v2.jpg
MUT PG 210727_#.jpg
V&B PG 210727_#.jpg
MOBIL PG 210727_#.jpg
HYDRO PG 210727_#.jpg
Plan AMITER T2 Q10 final.jpg

Notre réponse se veut aussi éminemment contextualisée, à l’image d’autres sociétés (amérindiens, asie du sud est…) qui ont su tirer avantage des conditions imposées par le milieu, des spécificités de la géographie. Il ne s’agit pas ici de  transposer un modèle mais au contraire d’y voir des exemples de sociétés ayant su mettre à profit  ce qui est aujourd’hui vu comme une menace. C’est ainsi qu’une véritable inversion des valeurs doit être opérée ,  seule à même de nous permettre de tirer parti des multiples composantes d’un site, d’imaginer le projet comme une fertilité des particularismes. En ce sens, le risque devient moteur d’aménités urbaines.