Mission de Maitrise d'Oeuvre - Ecole du bord de Mer - EZE

. Ecole maternelle et primaire de 5 classes

. 2018

. Commune de EZE (06)

. Equipe : Nfar Architecture, Horizons Paysages, Agence P U Y A,

              BETEM, Amoros acoustique, SPI

. Maitrise d'ouvrage : Commune de EZE

. Budget : 3 000 000€

Un projet qui met en scène le jardin historique. 

Un lieu atypique entre cour et jardin

Aujourd’hui jardin classé, présentant des sujets remarquables, la future cour d’école s’imprègne ici de cette ambiance atypique. Pensée et dessinée comme un intermédiaire entre une cour d’école (avec ses nécessité et ses normes de sécurité) et un jardin azuréen, notamment par sa richesse floristique. La cour devient un plateau unifié par son revêtement duquel émerge le couvert arboré offrant ombre et rafraîchissement. 

Par définition, le jardin est un espace clos. Pour autant cette limite doit être induite et non visible: une luxuriance organisée comme un cocon végétal. Ainsi les nouvelles limites de la parcelle (grilles) se confondent dans la végétation (vergers d’oranger, pergola recouverte de grimpantes) évitant une compartimentation trop visible de l’espace sur une parcelle de seulement 1615m2.

 

Le jardin comme lieu de pédagogie

Pour des questions de sécurité et d’intégrité des arbres, l’orangeraie, fait marquant du jardin, devient un lieu connexe à la cour de récréation pouvant accueillir un jardin pédagogique ou être le support d’enseignement pratiques.

Un parvis commun 

Le programme met en avant une diversification des usages de la parcelle (Annexe de la mairie, école, habitation, restaurant scolaire). Afin d’éviter une séparation fonctionnelle trop forte et une multiplication des entrées, il est apparu nécessaire de créer un parvis commun. Alcôve à distance des nuisances la rue, il règle les différences de niveau tout en distribuant les différents espaces (entrée livraison, entrée historique au travers de l’alignement d’orangers, entrée par la cour de l’école). Le parvis apparaît comme un espace minéral, au contact de la végétation, bordé d’assises abritées et offrant des vues sur la mer.

Un lieu accessible à tous

Du fait de sa situation en creux, l’actuel jardin ne permettait que difficilement l’accessibilité pour tous à l’école. La surélévation du plateau de la cour jardin, tout en préservant l’intégrité des sujets en place, permet une continuité PMR fluide (évitant la création de rampes) ainsi que l’optimisation des déblais/remblais pour une meilleure économie de projet (l’excavation pour les parkings souterrains s’en trouve d’autant diminuée).

Remblais et gestion de l’enterrement des collets 

La cour de récréation étant surélevée de 60cm par rapport au terrain actuel, le traitement des pieds d’arbre doit faire l’objet d’une attention toute particulière afin d’éviter l’enterrement de leurs collets. La coupe ci-contre présente le principe de continuité physique du revêtement de la cour de récréation entre remblais et grilles préservant le sol du jardin actuel ainsi que le bon état sanitaire des arbres.

Le site de projet se situe entre mer et falaises, le long de la route littorale. La parcelle de 1615 m2 regroupe l’annexe de la mairie (villa les platanes) agrémentée d’un jardin historique classé. Véritable écrin de la villa, il se compose d’un verger d’agrume encadrant l’entrée ainsi qu’un jardin d’agrément subtropical en creux typique de la Côte d’Azur (Araucaria, Phoenix, Avocatier, Feijoa sellowiana...).