Du projet au processus - Nouvelle porte d'entrée du Parc National des Calanques

DIagnostic de maîtrise d'Oeuvre et programmation

. 2020

. Commune de Marseille - La Barasse

. Equipe : P U Y A, Horizons Paysages

. Maitrise d'ouvrage : Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône (13)

. Budget : 2,3 M€

L’idée du projet est de redéfinir la limite, non pas administrative, mais symbolique du domaine naturel départemental de la Barasse. Parc National des Calanques, ZNIEFF de type II, Espace Naturel Sensible, le domaine départemental est identifié, d’un point de vu administratif, comme un véritable espace de nature aux porte de la ville. De fait, certains artefacts de son histoire industrielle occultent la nature sauvage du site. Le projet doit donc permettre de retrouver une identité au lieu en articulant la mise en valeur des patrimoines historiques et naturels. 

L’importance des reliquats du passé industriel du vallon de la Barasse est à l’origine d’un sentiment ambivalent. D’une part, le sentiment de beauté et l’envie de préserver un patrimoine et une histoire industrielle pour lesquels il serait une erreur de penser que de le nier ou le masquer aura un effet mélioratif quant à la situation actuelle. Et d’autre part un contexte naturel exceptionnel contrastant, se confrontant à cet héritage anthropique et que l’on souhaiterai voir - visiteurs comme gestionnaires - reprendre toute sa place et cautériser les plaies laissées ouvertes par l’industrie.

Renaturation du site - se préoccuper du perceptible et de l’invisible :

 

Abandonné des suites de l’industrie avec une effort de renaturation plus que partiel, le site peine à retrouver son caractère sauvage. La replantation par des végétaux locaux des plateaux est donc programmée. Néanmoins, se limiter à ce seul aspect visible ne suffit pas.  Aujourd’hui majoritairement composé de remblais pollués, la renaturation de ce site doit également passer la restauration d’un sol afin de retrouver un paysage durable et pérenne.

 

 

 

Définir une méthodologie de projet - initier un processus:

 

Une méthodologie de dépollution tant physique (déchets solides tels que les plastiques, gravas, caoutchoucs... ) que chimique (Azotes, polluants organiques et inorganiques divers) sera mise en place au travers de la mise en scène de la phyto-remédiation. Le projet deviens ainsi un processus dont le paysage mouvant sera la démonstration physique de la restauration d’un milieu complexe.